Le site des Univers Obscurs_

 
ARTICLES_
 
 
ARCANES_
 
RECHERCHE_

Mot exact résultats
par page
 
NEWSLETTER_

Prénom
Email
Comment avez-vous connu Arts Sombres ?


 

amateur(s) d'Arts Sombres
actuellement en ligne

Hors de l'ombre : Cinéma
Thief (le Solitaire)
Franck est un voleur professionnel, spécialisé dans le perçage de coffres. Il travail avec son équipe depuis qu'il est sorti de prison. Lorsqu'un gangster de plus grande envergure lui propose de s'associer à lui pour réaliser de plus gros coups, il décide de faire un dernier casse avant de se retirer avec la femme qu'il vient de rencontrer. Un film de Michael Mann aux nombreuses scènes nocturnes, se déroulant à Chicago et Los Angeles (respectivement villes natale et d'adoption du réalisateur) et qui annonce déjà le style et les thèmes privilégiés par l'auteur du récent Collateral.
Réalisation : Michael Mann

Scénario : Michael Mann ( d'après la nouvelle de Frank Hohimer)

Musique : Tangerine Dream et Craig Safan.
Professionnalisme, prison, et rêves. Avec Thief (Le Solitaire), on trouve très tôt dans la filmographie de Michael Mann de très nombreux éléments thématiques qui seront repris, développés ou à nouveau évoqués dans ses films suivants, en particulier Manhunter (Le Sixième Sens), Heat (et donc L.A. Takedown, puisqu'il s'agit d'une première version télévisée de Heat), The Insider, Ali, Collateral et sans doute The Jericho Mile (premier film du réalisateur, introuvable actuellement et non visionné par la rédaction d'Arts Sombres, mais dont le synopsis - il s'agit d'un film se déroulant en prison - laisse supposer qu'on y trouve un univers similaire. Nous n'incluons pas ici Le Dernier des Mohicans et The Keep (La Forteresse Noire), respectivement film d'aventure et film fantastique, non urbains, et qui restent un peu à part dans l'oeuvre de Michael Mann.

Franck, le personnage principal incarné par James Caan, est en quelque sorte une première apparition de Neil McCauley (personnage interprété par Robert De Niro dans Heat). C'est le voleur professionnel, qui sait s'arrêter quand il le faut, prendre les décisions difficiles, même lorsqu'un butin est à portée de main (dans Heat, un seul petit bruit amène McCauley à interrompre un casse, dans Thief, Franck est extrêmement pointilleux sur les risques qu'il court, même si cela en vaut la peine. On retrouve également ce sens professionnel chez Vincent - Tom Cruise - dans Collateral). Les deux personnages ont une manière assez similaire de régler les conflits avec d'autres truands (on trouve ainsi, d'un côté, McCauley trahi par Van Sant (William Fichtner) qui finit par le tuer en s'infiltrant chez lui, et de l'autre, Franck, trahi également par Leo (Robert Prosky), se venge à la fin avec le même mode opératoire). Il est intéressant de remarquer d'ailleurs que Franck, McCauley et Vincent décident tous, à la fin, de prendre tous les risques pour aller au bout de leur logique professionnelle (se venger, venger son partenaire, honorer un contrat), qu'un seul survit à l'ultime confrontation et qu'aucun d'eux ne sort totalement vainqueur.

Franck et McCauley ont passé beaucoup de temps en prison, et ils en retirent la même chose : quoiqu'il arrive, ils n'y retourneront pas (tous deux le déclarent à un flic, après avoir été interpellés en voiture; dans Heat, au cours du face à face McCauley/Hanna, et dans Thief, lors de la garde à vue de Franck). Ce qui est particulièrement intéressant, c'est que jamais les deux personnages n'évoquent l'idée selon laquelle ils auraient pu faire autre chose que voler, en sortant de prison. Le propos de Michael Mann est même plus politique encore dans Thief, puisqu'il décrit le parcours de Franck ainsi : à 20 ans, il a été condamné à 2 ans de prison pour avoir volé 40 dollars, puis une agression violente (en réalité, de la légitime défense) le condamne à 9 ans supplémentaires. Il sort donc en gangster professionnel et commence à faire ce qu'il sait faire le mieux, c'est-à-dire, des casses, pour son premier boulot (ce qui rappelle certaines citations :"I do what I do best. I take scores" McCauley dans Heat ; "This is what I do for living !" Vincent dans Collateral). Chez Michael Mann, la prison est un endroit à fuir, ou on n'apprend rien, et qui ne dissuade pas de la récidive. Pourtant, McCauley et Franck ne sont pas des drogués de l'action comme Michael Cherrito (Tom Sizemore), un des partenaires de McCauley, ou même Vincent Hanna (Al Pacino) qui expliquent tous deux que c'est le stress, l'excitation de de leur boulot qui les poussent à y revenir sans cesse. A l'inverse, McCauley et Franck ont un objectif de vie, et il ne s'agit pas pour eux de poursuivre indéfiniment les casses. Dans une très belle et assez longue scène, Franck explique à Jessie (Tuesday Weld) qu'il s'arrêtera quand il aura réalisé ses rêves (il lui montre un collage qu'il a réalisé à partir de photos de magazines, représentant les repères de son existence passée et à venir. Une scène qui rappelle la séquence de Collateral où Max montre la carte postale à Annie Farrell - Jada Pinkett Smith - et lui explique son rêve de créer sa propre affaire), tandis que pour McCauley, le braquage de la banque est clairement un dernier coup avant de se retirer, lui aussi, avec la femme qu'il vient de rencontrer.


Rapports avec les femmes. Le rapprochement entre McCauley et Franck s'étend d'ailleurs à leurs rapports avec les femmes. Mais sur ce point, on trouve des similitudes avec presque tous les personnages principaux des films de Michael Mann. Ainsi, Will Graham (Manhunter), Neil McCauley, Vincent Hanna et Chris Shiherlis (Heat), Jeffrey Wigand (The Insider) et Muhamad Ali (Ali) ont tous en commun avec le personnage de Franck dans Thief d'avoir de sérieuses difficultés conjugales liées en grande partie à la place qu'occupe leur travail. Pour certains, l'incompréhension conduit à la rupture, parfois multiple (Hanna, Ali, Wigand) pour d'autres, les circonstances provoquent l'abandon brutal (McCauley, Shiherlis, Franck) ; seul Graham retrouve sa femme à la fin du film, dans un retour à la sérénité du début. Franck et McCauley sont tout deux confrontés au dilemme de révéler à la femme qu'ils aiment la nature réelle de leur travail (McCauley se fait passer pour un représentant en métal lors de sa rencontre avec Eady (Ami Brenneman), et Franck est officiellement vendeur de voitures). Si Franck explique la situation plus tôt dans l'histoire, et de façon plus délibérée que McCauley, tout deux seront néanmoins contraints, en bout de course, d'appliquer la règle décrite par McCauley à deux reprises dans Heat (être capable de tout quitter en trente secondes, si les circonstances les y obligent). Si l'on pourrait penser que les films de Michael Mann sont quelque peu misogynes, du fait que les hommes ont une place centrale, et que les femmes ne semblent être là que pour les gêner dans l'accomplissement de leur mission, il faut pourtant remarquer que la plupart de ces personnages masculins sont détruits par la séparation (voir par exemple, la scène onirique de Manhunter dans l'avion, la scène hallucinatoire de The Insider dans l'hôtel, les séquences, plus discrètes mais bouleversantes, de la fuite de Shiherlis et de McCauley forcés d'abandonner derrière eux Charlene - Ashley Judd - et Eady, et bien sûr la scène de Thief où Franck réveille Jessie, lui donne de l'argent et lui demande de partir, alors qu'ils ne se retrouveront plus).


Solitaire. Si Thief se détache toutefois de l'ensemble de ces films, c'est sur l'absence d'une confrontation en duel. Finalement assez proche d'Ali, toute l'histoire tourne autour d'un personnage principal et de ses multiples confrontations avec d'autres gangsters, des flics, une femme, et un système social dans lequel il n'a pas totalement sa place (cette idée apparaît au plus clair dans la scène où Franck et Jessie tentent d'adopter un enfant). Sur le plan de l'interprétation, c'est un véritable show James Caan. Certains la considèrent comme sa plus belle performance. C'est une sorte de mélange entre l'histrionisme de Pacino dans Heat et la dureté, la froideur de De Niro dans le même film. On notera aussi les apparitions, en quasi-figurants, de deux futurs personnages principaux d'un film de Mann : William Petersen et Dennis Farina (Will Graham et Jack Crawford dans Manhunter), ainsi que celle plus longue du chanteur Willie Nelson, notamment dans une scène de parloir extrêmement touchante.

La musique. Enfin, puisqu'on ne parle pas d'un film de Mann sans en évoquer la bande originale, il faut savoir que, comme pour Manhunter, The Keep ou Heat, de véritables mystères se cachent derrière la confection et les multiples distributions en CD de celle de Thief. Composée par Tangerine Dream, on y retrouve le style du groupe dans le début de la deuxième phase du groupe, après, Atem, Zeit ou Phaedra, très expérimentaux. Les pionniers allemands du synthétiseur avec Klaus Schulze et Kitaro (que l'on trouve sur la BO de Manhunter) s'étaient en effet engagés à la fin des années 70 sur une voie un peu plus attractive faite de mélodies accrocheuses, de boucles électroniques précurseurs de l'électro moderne et de solos de guitares proches de Pink Floyd. C'est William Friedkin qui aurait conseillé Tangerine Dream à Michael Mann après que le groupe ait composé la musique de Sorcerer. Mann fera à nouveau appel à Edgar Froese, Chris Franke et Johannes Schmoelling pour travailler sur celle de The Keep. Là où cela se complique un peu, c'est qu'un des morceaux entendus dans le film est bien de Tangerine Dream, mais tiré en réalité d'un autre film, Force Majeure (dont la BO est est entièrement réalisée par le groupe et est disponible en CD). Ce morceau ne figure pas sur le CD de Thief. D'autre part, le titre final ("Confrontation", particulièrement excellent pour les fans du genre) est de Craig Safan, compositeur peu connu de musiques de films (The Last Starfighter, Le cauchemar de Freddy) et ne figure pas non plus sur les deux premières éditions du CD de Thief (première édition et version remasterisée). Par contre, sur ces deux éditions, figurent des titres qui n'apparaissent pas dans le film, notamment une version longue du thème de la plage, que les fans de Tangerine Dream connaissent bien puisqu'il est souvent repris en concert sous les acclamations de la foule. Pour compliquer davantage les choses, une nouvelle version de la BO est disponible depuis très peu de temps, sortie sous un autre label (Wounded Bird). Celle-ci propose enfin le dernier titre de Safan, mais pas la version longue (indispensable) du thème de la plage. Cette dernière édition est assez difficile à trouver, et la pochette étant très proche des deux précédentes, il faut s'assurer que le dernier titre est bien "Confrontation" avant de se jeter dessus et de faire sa propre compilation, muni de la version remasterisée de Thief, de la BO de Force Majeure et de l'édition "Wounded Bird" de Thief... Un casse-tête pas si complexe, si l'on pense à la BO de Manhunter (inédite en CD, et composée de nombreux titres introuvables ailleurs) ou à celle de The Keep (pour laquelle Tangerine Dream se battrait, paraît-il, afin d'obtenir les droits de diffusion, bien que certaines versions circulent sur internet).
Alex SUMNER
(1er novembre 2004)

Voir ses articles

Vos commentaires sur cet article

 

 

 

© 2003-2005 Arts Sombres | amateurs d'Arts Sombres depuis octobre 2003