Le site des Univers Obscurs_

 
ARTICLES_
 
 
ARCANES_
 
RECHERCHE_

Mot exact résultats
par page
 
NEWSLETTER_

Prénom
Email
Comment avez-vous connu Arts Sombres ?


 

amateur(s) d'Arts Sombres
actuellement en ligne

Hors de l'Ombre : Littérature
The Wrong Case
Milo est foutu ! Pas la peine de rêver, la blonde pulpeuse ne débarquera pas dans son bureau. Finis les contrats... Plus personne n'a besoin de lui : le comté vient de passer une loi qui simplifie les divorces à consentement mutuel. Vous l'avez compris notre héros n'a ni la classe ni l'envergure d'un Bucky Bleichert (James Ellroy, Le Dahlia Noir).
Titre : The Wrong Case
(version originale)

Auteur : James Crumley

Editeur : Vintage Books

Sortie : 1986
Tous Droits Réservés
Milo fait des planques et des filatures dans la perspective d'un bon vieux flagrant délit. Mais maintenant la prospérité est finie. Il se tourne donc vers la boisson (ou il semblerait plutôt qu'il y retourne...). On sait bien que tout privé a un petit penchant pour la bouteille, mais là ce penchant met notre Milo plus souvent à l'horizontale qu'à son tour. On le voit d'ailleurs traîner sa cuite tout le long de l'enquête. Car... oui, une enquête arrive sous la forme inespérée d'une charmante trentenaire (pas une pin-up quand même, ce serait refiler Claudia Schiffer à Gros dégueulasse...). Elle veut l'engager pour qu'il retrouve son petit frère qui n'a plus donné de nouvelles depuis trop longtemps. Malgré son insistance et ses dollars, dont notre héros aurait grand besoin ne serait-ce que pour s'approvisionner en alcool, elle voit son offre déclinée. Notre héros refuse donc, mais, pour une raison mystérieuse, commence à enquêter.

On l'aura compris l'intérêt ici n'est pas vraiment l'intrigue mais ce curieux Milo. On apprend vite qu'auparavant son grand-père puis son père avaient dominé la petite ville de Meriwether. On apprend aussi plus tard qu'il attend le bénéfice de l'héritage dont il n'aura droit qu'à son 53ème anniversaire (sa majorité ?).
C'est un personnage ambigu ; il est très attaché à sa ville et veut la défendre contre les dealers qui s'y sont installés (et sont impliqués dans la disparition du frère de la belle...), bien qu'il use lui-même de substances illicites (mais, oui... en plus !). Il défend donc les poivrots de son genre mais se bat contre les dealers. Son enquête nous emmène de bar en bar, où il a ses sources (il y a même sans surprise son quartier général), ainsi que de squat en squat.

Ce personnage devient vite sympathique grâce à son langage fleuri : il y a évidemment les traditionnels en anglais : F... (que l'on pourrait traduire par "flûte") et son composé F...ing (flûtiau ?), mais aussi de bonnes réparties très souvent sous forme d'autodérision. Il est aussi sympathique par sa vision ironique de la vie. Il a été marié à plusieurs reprises et une de ces ex-femmes est maintenant mariée au shérif avec qui il a quelques contentieux. Ce shérif a aussi des états d'âmes : il n'est pas aussi cynique que Milo et veut faire respecter la loi dans sa ville maintenant infestée de dealers. Devinez qui va lui donner un coup de main?

Les remarques cyniques de Milo et son état d'égarement perpétuel donnent un ton d'humour mélancolique au roman, ce qui est la marque de Crumley (voir les autres aventures de Milo : La Danse de l'ours, Le Canard siffleur mexicain ou son roman sur fond de guerre du Vietnam, Un pour marquer la cadence). Il s'agit avec The Wrong Case du début d'une excellente série en cours. Même si notre héros paraît peu fréquentable nous vous conseillons de vous familiariser avec lui.
Pour ajouter à la fréquentation du personnage, à la fin les méchants sont punis et tout n'est pas véritablement bien qui finit bien...  
   
Fabrice DAUCHEZ
(15 octobre 2001)

Voir ses articles

Vos commentaires sur cet article

 

 

 

© 2003-2005 Arts Sombres | amateurs d'Arts Sombres depuis octobre 2003