Le site des Univers Obscurs_

 
ARTICLES_
 
 
ARCANES_
 
RECHERCHE_

Mot exact résultats
par page
 
NEWSLETTER_

Prénom
Email
Comment avez-vous connu Arts Sombres ?


 

amateur(s) d'Arts Sombres
actuellement en ligne

Hors de l'Ombre : Personnalités
E. Bunker, le mauvais garçon du roman noir
Tout amateur des arts qui se respecte a au moins une fois entendu le nom de Bunker. L'auteur reconnu dans le monde du polar et du cinéma mérite bien que l'on s'attarde un peu sur sa biographie. Son œuvre est en effet très fortement inspirée de sa vie. Cette biographie apporte un éclairage concret sur des romans comme Little Boy Blue, Animal Factory. Après Aucune bête aussi féroce et La bête contre les murs, Arts Sombres se penche sur la vie du mauvais garçon du roman noir. D’après une traduction approximative de « Born under a bad sign » de Charles Waring.
Tous Droits Réservés
Little Boy Blue. Son histoire commence le dernier jour de l'année 1933, en Californie du sud. Le cocon familial n'est pas un modèle du genre. Les parents se disputent souvent et violemment, en raison de l'alcoolisme du père. Le jeune Edward est confronté à la police pour la première fois, après que les voisins les eurent alertés d'une bagarre bruyante. Les deux parents passant leur temps à se chamailler, Edward est délaissé et tue le temps comme il peut et commet des petits délits, comme mettre le feu à un garage. Pour l'instant rien de vraiment très grave. Lorsque ses parents se quittent enfin, il est placé dans une maison spécialisée et commence à se construire seul. Il n’est alors âgé que de 5 ans.

Profondément triste, il fugue une première fois, et erre la nuit dans les rues. Rattrapé, il est placé en maison spécialisée où il recommence la belle aventure, pour finalement se retrouver en école militaire. Une fois encore, son fort caractère refusant l'autorité et sa brutalité, il s'enfuit par le train et débarque 500 km plus loin. Alertées, les autorités l'expédient en maison de redressement où il fait connaissance avec de jeunes délinquants, tous plus âgés que lui. Très intelligent, dévorant les livres qu'il trouve, d'un QI de 152, il se démarque rapidement. Il apprend aussi à survivre dans cette jungle. Il devient brutal et à la suite d'une bagarre sanglante, il est envoyé en hôpital pour une longue observation. Il abrège celle-ci en s'évadant une fois de plus (la quatrième déjà !). Rattrapé par la patrouille, il est envoyé à l'asile psychiatrique où les gardiens se font obéir à coups de batte et pratiquent les châtiments exemplaires en public. Reconnu sain, Edward retourne en maison de redressement. Sa tante, la seule famille qui lui reste vraiment, l'en sort. Chez elle, Edward continue de sortir tard le soir en mauvaise compagnie bien qu’étant toujours en liberté surveillée. Il ne faut pas longtemps pour qu'il rejoigne les adolescents difficiles de Preston School à la suite d'une violation de parole. Lorsqu'il arrive en prison, il n'est âgé que de 14 ans.

En prison, une sorte d'école de la vie à ses yeux, il fait connaissance de criminels renommés. Ces connaissances l'ont aidé à la fois en prison et à l'extérieur. Il devient très vicieux et violent. Dans Mr Blue et Animal Factory (écrits par la suite), il explique que c'est une façon d'être respecté et tranquille. Il commet des crimes pour se défendre, parfois en les exagérant, mais il en accepte toujours les conséquences en termes d'emprisonnement et d’isolement.

Un jeune VIP érudit à San Quentin. Il devient le protégé d'une femme dans la cinquantaine, Louise Fazenda Wallis, qui essaye de le sortir de cette spirale en lui faisant lire des classiques et en lui montrant quelques chefs d’œuvre cinématographiques. Bunker apprécie mais s'imagine qu'elle ne voit en lui qu'un adolescent gigolo. Elle le présente à la haute sphère Hollywoodienne (Dempsey, Huxley...). En fréquentant se milieu il essaye l'héroïne et d'autres substances avant de se lancer dans le commerce de marijuana. Arrêté après un accident de voiture, en 1951, il est envoyé à Saint Quentin, où il est à l'époque le plus jeune pensionnaire, du haut de ces 17 ans.

Il partage sa cellule avec Caryl Chessman, alias red light bandit, auteur de Cell 2455 death row. Prenant l'exemple, Bunker se met à écrire, comme l'ont fait Cervantes et Dostoyevsky avant lui. Avec la machine à écrire offerte par Louise Wallis, il commence à écrire ses premiers livres, dont No beast so fearce (aucune bête aussi féroce) est le premier à paraître 17 ans après. A cette époque, Bunker vend son sang pour se payer des cours d'université par correspondance.

Le top 10 du FBI ! Libéré sur parole après 5 années passées entre quatre murs, il rejoint Louise diminuée par des attaques cérébrales. Même s'il est resté sage pendant un temps, il replonge vite dans les bas-fonds et orchestre des cambriolages et autres petits coups. Inévitablement il retourne une fois de plus en prison d'où il s'échappe (Evasion n°5). Libre pendant un an, il survit grâce aux fortes liquidités obtenues pendant les vols à main armée. Il bâtit ensuite un empire de la drogue. Il s'inscrit même sur la liste des 10 criminels les plus recherchés par le FBI. Finalement arrêté, il retourne en prison pour 5 ans alors qu’il encourait une peine de 20 années.

La reconnaissance et le succès. Au lieu de perdre sont temps, Edward se focalise sur son écriture et se remet à rédiger des romans (No beast so fearce chez Norton, et War Behind Walls dans la prestigieuse revue Harper's magazine. Il sort en 1975, après avoir consacré 18 années de sa vie aux autorités, Bunker continue d'écrire. Il publie Animal Factory en 1977. Les droits d'adaptations cinématographiques de No beast so fearce sont achetés par Dustin Hoffman, et il publie des articles dans les Times de NY et de LA.

Sa carrière d'écrivain est lancée. Il est reconnu comme un spécialiste du monde carcérale et joue à ce titre dans Tango & Cash en 1988 (Cap Holmes) et obtient le rôle de Mr Blue dans Reservoir Dogs (Quentin Tarantino) ! En 1979, il épouse une jeune avocate qui lui donnera une fille en 1994, Brenda. Il publie en 1981 Litle Boy Blue, une fiction retraçant son enfance. En 1985, il coécrit Runaway Train. Il devient ensuite consultant pour des films noirs comme American Heart et Heat. Dog eat Dog paraît en 1996 puis Mr Blue en 1999. Son dernier livre, Education d'un malfrat est paru en 2000.

Grâce à la vie qu'il a eu, Bunker a le recul nécessaire pour parler de choses que le grand public ne peut pas imaginer. Son histoire ajoute une touche de vraisemblance que les autres auteurs ne peuvent apporter. La lecture en anglais du texte ne trompe pas. La prose est déliée et crue, l’argot tient une place de choix. Les critiques ne se trompent pas, Bunker est un géant du genre!

Bibliographie française :
 - Aucune bête aussi féroce (No beat so fearce) éd. Rivages/Noir n°127.
 - La bête contre les murs (Animal Factory) éd. Rivages/Noir n°174.
 - La bête au ventre (Little boy blue) éd. Rivages/Noir n°225.
 - Des hommes de proie (Dog eat dog) éd. Rivages/Noir n°344.
 - Education d’un malfrat (Education of a fellow) éd. Rivages. 
Vincent LAPERE
(05 mai 2003)

Vos commentaires sur cet article

 

 

 

© 2003-2005 Arts Sombres | amateurs d'Arts Sombres depuis octobre 2003