Le site des Univers Obscurs_

 
ARTICLES_
 
 
ARCANES_
 
RECHERCHE_

Mot exact résultats
par page
 
NEWSLETTER_

Prénom
Email
Comment avez-vous connu Arts Sombres ?


 

amateur(s) d'Arts Sombres
actuellement en ligne

Hors de L'Ombre : Littérature
1974
Le Yorkshire, décembre 1974, il pleut, il fait froid, les prix grimpent, les licenciements se multiplient... et une jeune fille disparaît. Edward, journaliste local, fait le lien avec les autres disparitions non résolues et espère récupérer les faveurs du rédacteur en chef. Il décide de mener son enquète en solo : le premier pas vers l'horreur est franchi...
Titre : 1974

Auteur : David Peace

Editeur : Rivages / Thriller

Sortie : 2002
Joyeuse fêtes ! Lorsqu'une jeune fille âgée de seulement 10 ans disparaît à la sortie de l'école, il est difficile pour les habitants de Yorkshire d'envisager sereinement les fêtes. C'était déjà le cas pour Edward, jeune reporter du Yorkshire Evening Post, qui vient de perdre son père. Spécialisé dans les affaires criminelles, il se penche sur cette disparition et fait le lien avec d'autres affaires de ce type non résolues. Une occasion pour lui de contrer son rival Jack, journaliste arriviste et ivrogne, plus conciliant qu'Edward avec le rédacteur en chef. Dans le même temps, son collègue et ami Barry qui enquêtait sur les magouilles immobilières, disparaît tragiquement dans un accident de la route en sortant d'un pub. Alcool ou liquidation, Edward décide de poursuivre le travail et de remonter aux commanditaires. Les deux affaires menées de front vont le conduire au cœur d'un monde sadique, corrompu ou corruptible, et d'une noirceur sans pareille...

Plus noir que noir. David Peace dépeint une Angleterre sombre, au bord de la crise sociale, où aucun des protagonistes, pas même le narrateur, n'attire un brin de sympathie. Ce petit journaliste est naïf, peureux, un ivrogne qui ne vit que pour sa carrière et le sexe. Les personnalités importantes baignent dans le fric, la perversion et la corruption... Les policiers locaux posent les questions après le passage à tabac d'une violence peu commune. Les meurtres commis sont atroces : la fillette est retrouvée violée et mutilée, jetée dans une décharge sauvage. Dès le début, le décor est planté et à aucun moment le lecteur n'entrevoit une lueur d'espoir. Le récit s'enfonce, les scènes d'horreur succèdent aux enterrements. Ce roman franchit incontestablement un pas dans l'horreur.

Le Dog du Yorkshire. La comparaison avec James Ellroy est évidente. David Peace livre ici le premier opus d'un quatuor chroniquant les années 70, 80 de cette contrée anglaise, comme le L.A. des 50's. Les personnages dégagent une aura très négative dans un pays gangrené par le vis et le fric. Le style littéraire est aussi très proche du Ellroy dernière génération (American death trip). Le récit est rythmé par des phrases très courtes et vivantes, des descriptions percutantes et des dialogues très vifs. Le style ne laisse pas indifférent : comme pour Ellroy, il y a ceux qui aiment et les autres. Ce n'est pas pour rien que le « Dog of L.A. » est cité en quatrième de couverture. Le deuxième épisode, 1977, vient de paraître chez Rivages / Thriller (janvier 2003). Il sera suivi de 1980 et 1983. C'est pourquoi il serait mal venu de ne pas parler du premier épisode de cette saga prometteuse.      
Vincent LAPERE
(17 février 2003)

Voir ses articles

Vos commentaires sur cet article

 

 

 

© 2003-2005 Arts Sombres | amateurs d'Arts Sombres depuis octobre 2003